samedi 5 avril 2008

Pas glop du tout


L'Angoisse, la vraie, celle avec la boule incessante au ventre, les somatisations inévitables et une terreur diffuse totalement disproportionnée et incontrôlable, voilà la méchante bête qui vient de m'attaquer...

Et tout çà pour çà?, diront certains quand je tenterai d'en expliquer les raisons.
A ceux-là je demanderai s'ils connaissent la solution miracle pour se sortir de cet état, et s'ils me répondent qu'il faut de la volonté ( le si célèbre "Il faut prendre sur soi"), je leur répondrai volontiers que je les emm...

Pour les autres, je prends tous les conseils!

Venons-en à cette raison si terrible: mon cher I.E.N vient de m'annoncer sa visite, sur une fourchette de dix semaines ( et oui, on se doit d'être patient ET résistant dans le métier).

Bien sûr qu'il y a déjà eu pire dans ma petite vie.
Bien sûr qu'il n'y a pas mort d'homme.
Bien sûr que j'en ai conscience.
Mais les symptômes paralysants ne me demandent pas mon avis pour se manifester.

Si vous me voyez ici avant le jour attendu (oui, croyez-moi, j'ai hâte d'y être!), c'est que j'aurai réussi à gérer comme une grande ( ponctuellement peut-être mais çà serait déjà pas si mal), l'Attente.
Dans le cas contraire je vous donne rendez-vous pour l"après", entre le 24 Avril et le 30 Juin, donc!

12 commentaires:

Fleur a dit…

ça ne va pas vous redonner la pêche, ou peut-être que si (quand un jugement vous pend au bout du nez, ce n'est jamais anodin, la peur) mais il faut que je vous raconte ma 1re visite d'IEN... Qui s'adressait en fait à celle que j'étais venue remplacer, mais comme j'étais là (depuis trois jours), j'allais y passer... Je n'étais d'ailleurs pas prévenue, donc ça m'est tombé dessus... la veille ou le matin (impossible de me souvenir, c'est bizarre), en tout cas impossible de changer quoi que ce soit... Le grand manitou est arrivé avec 10 à 15 minutes de retard et bien que j'aie voulu attendre un peu au début, il a bien fallu commencer sans lui, donner les explications sur ce que nous allions aborder, etc. J'ai dû rassurer mes élèves qui croyaient que "ça allait être grave pour eux" (des 5e, cette fois-là), mais eux m'ont vue tellement blanche et la bouche sèche et serrée qu'ils m'ont dit "madame, vous allez vous évanouir, voulez-vous qu'on vous emmène à l'infirmerie?"...
Le cours largement commencé, donc, l'I. arrive avec la directrice, s'installe "faites comme si je n'étais pas là" et prends les classeurs (heureusement, le jour de mon arrivée, j'avais fait le point avec les élèves sur la tenue du classeur qui commençait apparemment au bout d'un trimestre à laisser à désirer, et j'avais exigé qu'on recopie les cours mal écrits, qu'on remette en ordre les feuilles éparpillées, etc. (et ils l'avaient fait, pour plaire à leur nouveau prof! de la chance!) et je leur avais donné ô miracle une feuille de route sur ce que nous allions faire pendant le remplacement -qui s'est prolongé jusqu'à la fin de l'année, de mois en mois...)
Le cours se passa comme dans un rêve très très cotonneux, mais le texte (de Zola) avait plu aux élèves et ils avaient envie de me "protéger", de montrer que "j'étais une bonne prof" (même ceux qui, on me l'a dit ensuite, n'avait jamais levé la main avant en classe et qui se moquaient pas mal du "français", d'habitude): tous levaient la main (pour montrer qu'ils avaient envie de participer), cherchaient des réponses et comprenaient à vitesse grand V, on aurait dit qu'il y avait de l'électricité dans l'air et une complicité vieille de plusieurs mois entre eux et moi (on s'était déjà adoptés eux et moi au bout de trois jours mais même déjà le 1er jour, un ange était passé?). A-do-ra-bles! Et heureusement, car de l'entrée de l'i. à la sortie de classe (et même après, le temps que l'on ait l'entretien qui dura bien 2heures, où nous avons débattu passionnément de la manière de faire lire les élèves et de leur faire aimer ça), j'étais devenue un robot, bougeant dans la classe mais raide et pétrifiée intérieurement, et s'il avait fallu aller pêcher la participation, je n'aurais pas eu la présence d'esprit ni la souplesse nécessaires pour le faire, tant il semblait que j'étais devenue autiste!
Finalement, et bien que l'i. n'ait pas donné de note (car remplaçante pas encore institutionnelle), j'eus droit à un bon rapport.
Les seules restrictions avancées par lui pendant l'entretien étant: commencer son cours en donnant les objectifs (je l'avais fait -comme tjs- mais il était absent à ce moment-là car en retard, nom de nom... je lui aurais bien donné deux baffes au moment d'entendre ça), et me détendre pendant mon cours, car ma démarche lui semblait un peu raide entre les rangs (c'est la seule fois où j'ai eu une démarche un peu raide dans les rangées et entre les tablées: c'était par sa présence, et surtout par son retard qui m'avait fait bouillir au début, non mais!!!)... sinon, c'était un jeune i., donc même s'il avait les fameuses consignes idiotes sur comment agir avec les "apprenants" et comment user des nouvelles méthodes impérativement (méthodes qui ne marchent pas, ils s'en rendent compte seulement maintenant, qu'ils sont cons parfois, les "pontes" de l'EN), il était en fait d'accord avec les miennes et celles de mes collègues, qui marchaient très bien (mais on avait bcp de bons élèves, c'est quand même plus facile d'être un "excellent" prof avec des élèves qui pigent vite qu'avec des élèves qui ont quelques difficultés pour des raisons diverses et pour lesquels il faut adapter ses méthodes, ce qui demande plus de temps et de patience)!
Tout ça pour vous dire que vous avez des priorités et que je suis de tout coeur avec vous, si vous n'avez pas le temps de passer par votre blog, vous êtes toute excusée par avance: les priorités priment!
Haut les coeurs! et bonne chance!
(je ne suis plus ds ce milieu, ouf, donc je peux dire ce que je pense des pontes de l'EN, mais ça n'engage que moi et personne d'autre, bien entendu, cqfd!)

Fleur a dit…

Ce n'était pas un conseil, et je serais mal placée pour en donner (vu que visite d'i. ou entretien pour trouver de nouvelles places pour un emploi, ou concours et examens à passer, c'est itou pour moi), sauf qu'ici vous êtes prévenue et que vous allez pouvoir peaufiner ce qui pourrait vous paraître encore imparfait dans vos préparations, et discuter avec des collègues sur leur manière d'aborder tel ou tel point du programme (si ce n'est déjà fait en ces temps où les équipes pédagogiques sont censées bosser ensemble pour améliorer les résultats des élèves), ne serait-ce que pour se rassurer sur la bonne tenue de ses cours et de son rayonnement pédagogique (pfff, ce qu'il faut pas entendre)...
Quant au lexomil ou autres Anxiolytiques incontrôlables, je ne les conseillerais guère (mais vous avez peut-être déjà dans un tome de votre pharmacopée professorale les conseils adéquats)...

ichandrae a dit…

moi aussi je suis professeur bien professer remplacante des étudiants qui ont de cinq ans à 18 ans.
Vous enseignez Zola? bien est-ce que vous êtes professeur de l'université- bien ce n'est pas mon affaire fleur.

Alors Lola il s'agit de lévaluation de prof!
bonne chance Lola.
Je trouve que les critiques sur les profs sont absurdes
et montre les faiblesses de la personne qui critique.

Fleur aurai pu dire qu'elle avait une canne à pêche insérer dans son derrière et pour cette raison elle donnait l'impression d'être raide.
ha ha ha ha ha ha.
alors Lola si vous pensez à ce que j'ai dit ça va vous faire rire et ça va vous relaxer et ça c'est la solution.

encore bonne chance

ichandrae a dit…

où je devrais dire- bonne chance camarades!!!!!!!!!!!!!

ichandrae a dit…

merci Lola.
J'adore ce petit coin de rire.

tata
à la prochaine.

lolabebop a dit…

@Fleur: Merci de me faire partager votre expérience, çà fait toujours du bien d'avoir des témoignages de collègues qui "y sont passées".
Pour ma part, si je me mets dans cet état là cette fois-ci, c'est parce que j'ai une grande conscience de tout ce qui ne va pas. Il faut dire que cette année scolaire est particulière: je suis sur 2 écoles ( assez éloignées de surcroît) tous les jours. Un niveau le matin, puis je change de crèmerie ( en ayant à peine le temps de me nourrir correctement entre les 2) pour retrouver ma deuxième classe l'après-midi avec 2autres niveaux. Dans cette deuxième classe, je complète une personne en mi-temps thérapeuthique, que je ne rencontre JAMAIS (ou si peu, mais çà se comprend)... J'ai découvert en septembre des enfants qui ne savaient plus ce qu'être un élève signifie, il y a donc eu tout un travail de méthodologie à accomplir avec eux. Aujourd'hui ils sont plus attentifs, se sont mis au travail mais il leur faut toujours deux fois plus de temps qu'une classe lambda pour acquérir une compétence donc: retard sur les programmes! En plus on m'a dit tout de go "tu feras les maths", me voici donc transformée "prof de maths" ( ce qui n'est aucunement une vocation) et je peux vous assurer que certains après-midi, faire des maths relève de l'exploit! Je vous passe les autres détails qui ne vont pas, ils sont légion. Je me console en me disant que j'aime, malgré tout, retrouver ces petits élèves de l'après-midi, et qu'ils me le rendent bien. Je commence à relativiser ( pourvu que çà dure!), et me dis que le monde ne va pas s'écrouler. Enfin qui sait? ...

@Ichandrae: Comment çà se passe, au canada, les évaluations des profs?

Fleur a dit…

Ah je comprends: j'ai eu aussi parfois ce type de remplacement sur deux établissements, sans pouvoir manger entre les deux car le temps de trajet entre les deux était trop long, et j'arrivais juste juste, j'ai parfois cru devenir folle -car pas de don d'ubiquité- d'avoir à être dans deux endroits avec deux heures 8/10 heures par exemple dans établissement A et 10/12 établissement B puis 13 (ou 14 selon les départements)heures de nouveau ds l'établissement A... ou pire (une heure ici une heure là, et on me disait c'est possible, sauf que 15 minutes sans embouteillage à 30 avec embouteillage pour aller d'une heure à l'autre d'un établissement à un autre... il a fallu que je pique une crise pour qu'on daigne aménager un peu l'emploi du temps pour que les élèves ne soient pas affectés)!
Du coup, je ne peux que vous souhaiter bonne chance, car ce ne sont pas les conditions idéales en effet (je croise les doigts)...
Quant à Ichandrae:héhé, la canne pêche là où je pense, hum, je vais prendre ça comme un poisson d'avril un peu défraîchi, si vous le voulez bien, ça me permettra de ne pas me vexer! (bonjour au Canada)

ichandrae a dit…

Bonjour Lola.
Vous me demandez -comment ça se passe les évaluations des profs au Canada et je réponds- d'une façon
absurde. hé hé.

Je parle de l'évaluation surtout des étudiants de l'université qui enseigne pour la dernière fois dans les écoles avant de recevoir les certificats d'enseignant.

à un temps ces étudiants reçevais une note entre 1 à 5. Mais maintenant c'est changé. C'est seulement un passe ou non. C'est mieux comme ça parceque les critiques ne sont pas objectifs alors c'est difficile à discerner entre 1 à 5.Et aussi les critiques sont absurdes. héhé.

Les conseillers de l'université viennents aux écoles pour faire les évaluations des étudiants-profs.

Il y a beaucoup d'exemple comme l'exemple de Fleur,où elleétait critiquée pour ne pas avoir dit les objectifs.héhé. et la personne qui fesait les évaluations n'etait pas là pour entendre les objectifs parcequ'il était en retard. héhé.

Alors voiçi une seule exemple.-

J'étais remplaçante pour un professeur qui était malade.(Ça ce n'est pas surprenant héhé que le professeur était malade.

Alors il y avait là une étudiante -professeur et le conseiller de l'université est venu pour faire l'évaluations de cette étudiante-professeur.Et moi j'étais comme spectatrice de ce sport cruel héhé.

L'étudiante-professeur a fait une belle affiche avec le papier d'affiche. Tous les profs utilisent le papier d'affiche. Elle a écrit un beau poème et elle a passé des heures à faire des flocons de neige en papier. Elle a collé les flocons de neige autour du papier et c'était très beau. Mais le conseiller de l'université a dit qu'elle devrait mettre tout ça- le poèmes et les flocons de neiges
sur le tableau au lieu d'utiliser le papier.
Ça c'est absurde et cruelle!
héhé.
L'étudiante-professeur a commençé à pleurer.

Alors voila c'est absurde.

J'espère que cela te fait rire Lola.Quand on rit c'est plus facile.

Fleur j'aime ton idée de poison rouge. héhé

à la prochaine dans une semaine a peu près je ferai le blogging.

ichandrae a dit…

et -Lola cette étudiante a réussit.tout le monde autour d'ici réussit malgré les commentaires absurdes est injuste. ha ha!

Mon opinion c'est que -quand on apprécie les enfants, comme vous avez dit vous aimez les enfants bien ça c'est la magie.

Si quelqun m'observe dans mes classes je concentre fort sur la leçons et à plaire les enfants.
POUFF! l'adulte disparait!!!

vous allez bien faire POUFF!
à la prochaine dans une semaine.
je ne voulais pas vous laissé sur une idée négative.

on réussit parcequ'il sagit de l'amour.

lolabebop a dit…

Merci, et à bientôt!

Jarod Bendson a dit…

En voilà une excellente idée : vous allez bien faire pouffe, Lola.

Héhé, si je puis me permettre.

lolabebop a dit…

Et bien, vous n'avez pas la verve molle ( dixit votre dernier article) comme vous sembliez le craindre, cher Jarod!