dimanche 11 janvier 2009

C'est de saison


Lorsque tu poursuivras ton bonheur, des portes s'ouvriront où tu ne pensais pas en trouver; et où il n'y aurait pas de portes pour un autre.

J. Campbell



Ne demande ton chemin à personne, tu risquerais de ne plus pouvoir te perdre...

Rabbi Nachman de Brastlav



Meilleurs voeux à tous pour ce 2009 tout neuf.
.

6 commentaires:

liza a dit…

Meilleurs voeux à tous pour l'année 2009 !

isabelle a dit…

Deux mit le neuf dans son giron et s'esquiva comme un voleur: du coup, l'année resta vieille, et on ne s'étonna plus que les éternels conflits vieux de dizaines d'ans neufs secouent leurs cendres et mettent le feu aux vieux tapis de leurs voisins...
Deux, si tu ne rends pas le neuf tout de suite, je t'envoie être martyrisé aux pays des Pâles Estiniens!
Mais bon vieux neuf tout de même pour les deux cents ans qui restent orphelins! quand même...
Fleur (qui mathématise à racines que veux tu!)

Jarod Bendson a dit…

Lola, vos citations me laissent pantois.
J'avais initialement prévu de vous offrir un GPS ; au lieu de ça, je profiterai des soldes de Castorama pour vous acheter une nouvelle porte.

Ca vous apprendra à citer n'importe quoi.

isabelle a dit…

Un Gps? Lola, si Jarod change d'avis, ne l'acceptez pas! Quelle que soit l'origine de vos citations, j'aime à penser comme dans la seconde qu'il est essentiel de pouvoir se perdre: ce sont les moments où l'on trouve le mieux ce que l'on n'avait pas cherché, et c'est bigrement plus intéressant que d'accéder tout bêtement au but qu'on s'était d'abord fixé... non?

lolabebop a dit…

Jarod, je cite ce qui me parle, voyez-vous, mais puisque vous me cherchez, voici une autre citation qui sierra parfaitement avec le cadeau que vous me réservez: "Ce n'est pas parce qu'en hiver on dit "fermez la porte, il fait froid dehors, qu'il fait moins froid dehors quand la porte est fermée" ( P.Dac)

Isabelle, très juste explication de texte. C'est ce que j'ose croire, moi aussi. Et ce qui arrive, souvent... ( dieu merci!)

lolabebop a dit…

Ah Jarod, j'oubliais... Vous laisser pantois m'honore.